Entretien avec Jean-Claude Pressac (1/4 )

Entretien avec Jean-Claude Pressac

Après avoir effectué un premier entretien avec M. Pressac, ce dernier a estimé qu'il

était nécessaire de le remanier entièrement. L'entretien qui suit n'est donc pas une

retranscription fidèle de l'enregistrement. Ce texte a été rédigé puis saisi sur

ordinateur par Jean-Claude Pressac; nous le reproduisons tel qu'il nous a été remis,

sans corrections. Certaines questions n'ont pas été posées par l'auteur. Il va de soi

que les propos de Jean-Claude Pressac n'engagent ni Valérie Igounet, ni les éditions

du Seuil.


Pourriez-vous évoquer votre itinéraire jusqu'aux années quatre-vingts? Comment

devient-on révisionniste?

Peu après le procès d'Eichmann à Jérusalem, j'ai lu La mort est mon métier,

autobiographie romancée par Robert Merle du premier commandant du camp

d'Auschwitz, Rudolf Höss. Très jeune, vers dix-huit ans. Comme j'envisageais alors

de préparer l'École Militaire de Saint-Cyr, le livre de Merle m'a fait prendre

conscience de la nature et de la limite des ordres, qu'en tant qu'officier, j'aurais à

recevoir et à donner. Pourrais-je, comme lui, obéir aveuglément et faire anéantir des

centaines de milliers de personnes sans frémir? Plus prosaïquement, pourrais-je

ordonner à une centaine ou plus de jeunes hommes d'aller se faire tuer et, dans la

plupart des cas, pour rien? La réponse fut non. J'abandonnai l'idée d'une carrière dans

l'armée et devins pharmacien.

Vers trente ans, j'ai entrepris de réaliser un ouvrage de politique-fiction - une

chronique politico-militaire d'un autre futur - dans lequel j'étudiais la possibilité d'une

victoire complète du Troisième Reich en Europe, se terminant pourtant par une

défaite dans les années cinquante, entraînée par la puissance nucléaire américaine.

Contrairement à maints auteurs qui définissent une fois pour toute le cadre de leur

livre, chacun de mes chapitres devait se tenir dans un lieu différent et traiter d'un

thème particulier. Furent écrits plusieurs chapitres: sur l'action de la Milice

française, sur la dernière opération de ce corps le 6 juin 1944, sur la semaine de la

«Grande Pagaille» à Paris en juillet 1944 avec l'intervention de la division SS anglaise

«Black Prince», sur la formation des officiers SS européens à Bad Tölz fin 1944 et sur

les deniers combats en Écosse de l'été 1945, achevant en août la campagne

d'Angleterre et provoquant la déclaration de guerre des États-unis en septembre 1945.

Le premier et le dernier des chapitres écrits étaient axés sur les questions atomiques.

Les suivants devaient porter sur les armes secrètes à Peenemünde et en Prusse

orientale, les traces de la «solution finale» à Auschwitz, la guerre de partisans en

Yougoslavie, la colonisation allemande de l'Ukraine, etc.

 

Mon écriture dépendait de mes ressources financières et de mes voyages de repérage

pendant les vacances. Je devais connaître les endroits - région, cité ou bâtiment - que

j'évoquais. Ainsi, la visite de Zagreb, anciennement Agram, la capitale de l'État

croate, trois fois projetée, fut à chaque fois reportée, et ne put s'effectuer. C'est au

cours du travail préparatoire sur le chapitre d'Auschwitz que ma recherche a mal

tourné et ce, fin octobre 1979.

Pourquoi dites-vous que votre recherche a mal tourné?

Si elle avait bien tournée, c'est-à-dire si j'avais réussi à obtenir une documentation

claire et précise sur le K. L. Auschwitz, mon récit de ce futur «autre» serait achevé

depuis belle lurette, aurait été publié ou non, et je ne serais pas en train de répondre à

vos questions.

En août 1966, bien avant que je me mette à écrire, j'avais visité le musée d'Auschwitz

et fus probablement un des rares Français de ma génération à m'y rendre. Ayant

acheté sur place quelques livres, lorsque j'ai voulu m'en servir en 1979, le résultat fut

désastreux. Soit les explications des historiens polonais étaient lamentables, soit je ne

compris rien. Mes souvenirs ne m'aidèrent pas plus. Je situais mal les crématoires, en

saisissais encore moins l'arrangement intérieur que Robert Merle avait pourtant décrit

dans son roman (une immense salle de gazage pour 3.000 personnes desservant celle

des fours par quatre ascenseurs). Par chance, la télévision allait diffuser le feuilleton

américain Holocauste, diffusion que j'attendis avec une impatience fébrile. Ce que je

n'avais pas prévu, est que la scène, censée avoir été tournée devant les fours ronflants

d'Auschwitz, l'avait été à côté d'un four de Mauthausen. J'avais négligé que la vérité

historique est absente des productions américaines destinées avant tout à produire de

l'argent. Mais, sur le moment, ignorant ce «détail» gênant, je nageais en pleine

confusion, n'arrivant plus à faire correspondre cette scène et mes souvenirs. A

Birkenau en 1966, j'avais vu des ruines, mais aucun panneau n'indiquait leur fonction

ni n'expliquait ce qui s'y était passé. Sur place, j'avais rencontré un gardien polonais,

ancien membre d'une brigade internationale en Espagne, qui me raconta que dans le

crématoire VI - alors qu'il n'en existait que cinq - les gens étaient électrocutés et

incinérés automatiquement, à la chaîne. Il répétait les allégations d'un article de la

Pravda Chroniques de la libération du camp, 1945 , de ce qu'on a appelé par la suite L'Album d'Auschwitz

(photos diffusées initialement par le musée juif de Prague) et de «L'Album de la

direction des constructions SS» (retrouvé et acheté ultérieurement par le Yad

Vashem). Pour la dernière source, les détenus travaillant au laboratoire photo du camp

avaient réalisé clandestinement de petits clichés par contact direct entre le négatif et le

papier réactif et les avaient placés dans deux bouteilles qui furent enterrées. Une

seule, avec une cinquantaine de photos, resta intacte et fut récupérée à la libération.

J'avais commencé à douter de l'existence même des crématoires avant mon

déplacement en Pologne. Or, sur plusieurs photos présentées, je les voyais

parfaitement et même en cours de construction. M'ont particulièrement intéressé les

plans d'implantation SS de ces bâtisses que les Soviétiques avaient filmés. A l'époque,

mon allemand était laborieux. Par contre, j'ai un coup d'oeil d'architecte inné et un plan

me renseigne plus sur un bâtiment ou une installation qu'un dossier descriptif. J'avais

alors presque atteint mon but: fixer le cadre d'évolution du principal personnage de

mon livre dans le complexe concentrationnaire d'Auschwitz-Birkenau. Il ne me

manquait encore qu'une chose et ma recherche était terminée: le ou les plans des

crématoires. Ce que j'ai demandé - comme on lance une bouteille à la mer - au

conservateur. Ils existaient et Iwaszko m'a apporté les originaux dessinés par la

Direction des constructions SS du camp (la «Bauleitung»).Ce que j'allais

découvrir dans ces «bleus» - dont certains étaient magnifiquement colorés -

bouleversera de fond en comble ma dite «calme petite vie de pharmacien de

banlieue».

Dans sa présentation des plans, Iwaszko commit une énorme faute, involontaire, car il

était dans l'impossibilité de s'en rendre compte sur le moment. Sont conservés au

musée d'Auschwitz dix-sept plans des crématoires - II, III et IV (valables aussi pour le

V) - établis par la Bauleitung SS, sans compter ceux des entreprises civiles de la

HUTA de Kattowitz et de la Konrad SEGNITZ de Beuthen (neuf en tout). Le premier

plan SS des crématoires de Birkenau se rapportant au II fut dessiné le 15 janvier 1942

et le dernier le 19 mars 1943, peu avant son achèvement. Or, il existe une différence

radicale entre ces plans. Sur le premier, le bâtiment n'est pas criminel au moment de

son dessin. Sur le dernier, plusieurs modifications ne peuvent s'expliquer que parce

que le bâtiment est devenu un instrument criminel.

A l'époque les historiens croyaient que, selon les dires de Rudolf Höss, l'ordre

d'extermination des juifs avait été donné par Himmler à la fin de l'été 1941. On sait

maintenant que Höss s'est trompé de date et le reçut, pour son camp, début juin 1942.

Conséquence directe de cet ordre prétendument donné à l'été 1941, un premier gazage

expérimental avait été pratiqué dans les caves d'un bloc du camp principal du 3 au 5

septembre 1941 et la Bauleitung SS d'Auschwitz avait dessiné en janvier 1942 le plan

d'un crématoire avec chambre à gaz, permettant d'accomplir cette mission. Donc,

Iwaszko, croyant bien faire et les sachant «chronologiquement correct», me montra

les plans de la série dite «930» de début 1942, persuadé de leur criminalité. En effet,

le n· 932, plan du sous-sol, comportait deux morgues semi-enterrées, désignées de

«Leichenkeller» ou «L-Keller» 1 et 2. La 1 était ventilée, avec aération et désaération.

La 2 ne l'était pas. Il était très tentant et même logique d'affirmer que la 1 était une

chambre à gaz d'où le toxique gazeux pouvait être extrait, alors que la 2, sans une telle

installation, servait de vestiaire aux victimes. Comme, pour un oeil non averti, tous les

plans se ressemblaient, n'étaient montrés que les premiers du crématoire II, de belle

facture, au contraire du dernier, à peine lisible.

Un aménagement du «932», dessiné le 23 janvier 1942, m'a paru bizarre. L'entrée de

la «L-Keller 1» était équipée d'une porte à double battant. J'ai pensé qu'il serait plus

rationnel pour une chambre a gaz de m'en avoir qu'un seul. Puis, je suis passé à la

disposition du crématoire IV. Sur le plan n' 2036 du II janvier 1943, les victimes

pénétraient dans une grande salle centrale, étaient dirigées vers trois pièces de gauche

où elles étaient gazées, traînées de nouveau au centre de la bâtisse et incinérées au

[617] fur et à mesure dans un four à 8 creusets incinérateurs se trouvant à droite. Ce

circuit était absurde et je l'ai fait remarquer à Iwaszko. Il aurait dû être ordonné

comme suit: vestiaire donnant dans une chambre à gaz, débouchant elle-même sur une

salle des fours.


Iwaszko commit alors une erreur psychologique grossière. Au lieu de m'avouer qu'il

n'y comprenait rien lui-même, que ces plans posaient problème, il préféra m'imposer

ces données inexpliquées en déclarant -. « Sie müssen das glauben [Vous devez croire

cela]». Propos d'une maladresse insigne, tenu à un Français, membre d'un peuple

réputé pour son esprit cartésien et son sens critique. Iwaszko venait de déclencher

mon révisionnisme.

Il aurait pu «répondre» autrement à mes doutes, en me montrant les plans successifs

du crématoire II et, en particulier, le dernier dessiné au moment de sa livraison en

mars 1943. Aurais-je été capable alors de distinguer les différences entre ces plans? Je

pense que oui - vu mon approche exclusivement architecturale - et les aurais signalées

à Iwaszko. Conjoncturer de la suite des évènements à partir de cette hypothèse est

difficile. Surtout qu'Iwaszko, constatant mon attitude réservée à l'égard de ses

explications «crématoires», ajouta: «Ne faites pas comme Laurisson!» J'appris que ce

Laurisson était un «très mauvais» Français qui était venu, lui aussi, aux Archives du

musée et qui, comme moi, ne trouvait pas très clairs les commentaires des historiens

polonais sur les crématoires. Ce fut la première fois que j'entendis parler de Faurisson.

Malheureusement, la deuxième intervint le lendemain, le 1er novembre 1979, le jour

de la Toussaint. Ayant eu des problèmes de démarrage avec ma voiture de location au

moment de mon départ du musée, j'ai demandé de l'aide à des compatriotes se

trouvant sur place, d'anciens détenus revenus en pèlerinage. Ils furent très intéressés

par ma démarche, mais virent aussi ma réserve sur certains points. Et là, de nouveau,

apparut dans la conversation ledit Laurisson, modèle à ne pas suivre. Ces deux

mentions trop rapprochées de cette personne, qui semblait-il, avait eu auparavant des

doutes semblables aux miens, m'intriguèrent au plus haut point et je décidai de me

renseigner sur lui, voire de le rencontrer.

De retour en France, j'ai cherché qui était ce Laurisson. Il s'agissait d'un professeur

d'université, Robert Faurisson - orthographe phonétique rectifiée - habitant Vichy. Je

lui ai téléphoné et ce fut une explosion cérébrale. Je pensais en savoir beaucoup sur

Auschwitz. Il en savait cent fois plus que moi. Il m'affirma que le fonctionnement des

chambres à gaz homicides, tel qu'il était présenté dans sa simplicité extrême, aurait

conduit à tuer tout le monde, juifs et SS. Pour étayer ses dires, il s'appuyait sur l'étude

des chambres à gaz d'exécution qu'il avait réalisée aux États-[618] Unis. D'un côté,

selon les Mémoires du premier commandant du camp, Rudolf Höss, d'immenses

locaux où étaient asphyxiées trois mille personnes d'un coup - affirmation polonaise -

avec une technique primitive faisant fi de toute règle de sécurité, pourtant obligatoire

avec un toxique aussi puissant que l'acide cyanhydrique; d'un autre côté, des

installations sophistiquées avec un mode opératoire précis et complexe destinées à

exécuter un seul condamné. De plus, la superficie de la chambre à gaz actuelle du

crématoire 1 ne correspondait pas aux plans de la bâtisse conservés aux archives du

musée et tout gazage homicide dans cette pièce - visitée journellement par des milliers

 de touristes - était impossible, puisqu'une de ses portes comportait une ouverture

vitrée à hauteur d'homme, vitre qui ne pouvait qu'être brisée par les victimes.

Il n'y avait pas une réelle concordance de vue entre nous. Faurisson avait étudié le

fonctionnement des chambres à gaz homicides d'Auschwitz et des absurdités qu'il y

avait découvertes il concluait que les SS n'avaient jamais pu y tuer les millions de

juifs comme l'affirmaient les survivants et les Polonais. Moi, j'étais troublé par

l'arrangement des bâtiments crématoires qu'Iwaszko m'avait présentés comme

criminels et qui ne l'étaient pas. Mais, chacun, avec ses propres critiques et réflexions,

apportait de l'eau au moulin de l'autre.

S'instaura ainsi une collaboration qui dura six mois. Faurisson me forma à la critique

historique - ce que certaines personnes me reprocheront toujours. L'établissement d'un

fait exige de solides preuves. Elles peuvent se trouver dans les écrits personnels ou

témoignages des participants (SS et détenus) à condition d'être indépendants les uns

des autres, être recherchées dans la correspondance et les écrits officiels des SS, sur

les photos existantes et dans les ruines ou bâtiments restants. Or, dans cette histoire et

depuis quarante ans, avaient été privilégiés exclusivement les dires des déportés,

considérés comme sacrés. Toute parole SS n'était que mensonge, sauf si elle chargeait

encore plus leur culpabilité. Tout écrit SS était code. On ignorait la clef du codage,

mais le décryptage était connu d'avance: des termes inoffensifs devenaient comme par

enchantement «fusillades», «gazages», «chambre à gaz», etc. Tout était tourné d'une

manière négative. Les crochets pour suspendre les ringards dans une salle de fours

d'incinération ne pouvaient servir qu'à pendre des détenus. Lorsque ces derniers

prenaient une douche, ce n'était pas une douche normale, mais une douche-torture (en

alternant les flux d'eau froide et d'eau chaude) ou une douche-gaz (diffusion d'acide

cyanhydrique gazeux par les pommeaux, ce qui est impossible en physique). Cette

crainte d'une douche-gaz, le réalisateur américain Steven Spielberg l'exploite à fond -

commercialement et au mépris de la vérité historique - dans son film La liste de Schindler en présentant une installation totalement inconnue dans les camps de

concentration, la chambre à gaz pouvant doucher. SPIELBERG semble croire au

fonctionnement mixte des chambres à gaz-douches dont les pommeaux diffusent soit

du gaz, soit de l'eau. Il recycle à son profit un bobard provenant de Dachau.

L'épouillage au Zyklon-B d'une baraque de logement des détenus mesure d'hygiène

prophylactique visant à tuer les poux transmetteurs du typhus - n'était qu'une méthode

différente de tuer, car les détenus devaient délaisser leur baraque pour 24 heures ce

qui était pour eux une vraie catastrophe parce que l'épisode se situait obligatoirement

en hiver et qu'ils restaient au dehors dans un froid glacial. Malheureusement, une

épidémie de typhus ne se déclenche qu'au printemps ou en été, donc par un temps

relativement ou carrément clément. Que ce soit une impression subjective ou une

réalité, en milieu concentrationnaire, tout paraît noir et négatif à la masse des détenus.

Ainsi après guerre, des chambres à gaz d'épouillage pour les vêtements, appelées

parfois dans les rapports allemands Entwesungskammer, littéralement des «chambres

d'enlèvement de la vie», furent considérées comme des chambres à gaz homicides,

parce qu'on y ôtait la vie. Ce n'étaient pas les hommes qu'on y tuait, mais les poux.

Progressivement durant mes séances de travail avec Faurisson, j'ai appris qu'il était

engagé dans plusieurs procès. L'un d'eux portait sur ses conclusions abruptes relatives

à la chambre à gaz du K. L. Natzweiler-Struthof, en se référant aux aveux d'un des

anciens commandants du camp, le capitaine SS Josef Kramer. Ce dernier avait déclaré

avoir gazé fin août 1943 environ quatre-vingts détenus sélectionnés venant

d'Auschwitz, lesquels devaient servir à un médecin SS, le Professeur HIRT de

Strasbourg, désirant constituer une collection de crânes. Pour cela, KRAMER avait

versé de l'eau sur des «sels» et obtenu un dégagement d'acide cyanhydrique gazeux.

En chimie, un acide plus une base donne un sel et de l'eau. Mais, la réaction n'est pas

réversible. Donc, impossibilité chimique. Pour Faurisson, le SS avait raconté

n'importe quoi et rien n'était vrai. Maintenant, on pense qu'il a employé les produits

suivants: un acide cristallisé mélangé avec un cyanure de sodium ou de potassium. En

milieu anhydre, le mélange à l'apparence d'un «sel» et est stable. Si on ajoute de l'eau,

il y a réaction et dégagement d'acide cyanhydrique. Ou bien, Kramer s'est servi d'un

produit bien connu dans la lutte contre les insectes, le «cyanogaz» ou cyanure de

calcium, dégageant en trois minutes du gaz cyanhydrique après hydratation. Mais à

l'époque, personne n'avait relevé et encore moins étudié cette incohérence apparente.

A cette occasion, les archives du procès militaire de Natzweiler furent consultables.

La justice militaire française avait réalisé un album photo[620]graphique intitulé

"Camp de concentration du Struthof », comportant de nombreuses vues extérieures et

intérieures du crématoire, de la chambre à gaz et surtout les plans de ces installations.

Le plan du crématoire montre que la bâtisse se divisait en deux parties: l'une réservée

à l'incinération et l'autre permettant aux détenus de se laver en prenant une douche et

de faire épouiller leurs effets par la vapeur dans une petite cellule mitoyenne. L'eau

chaude des douches provient d'un serpentin placé au-dessus du four d'incinération ou,

quand celui-ci ne fonctionne pas, d'un chauffe-eau avec un foyer au charbon. Cette

malheureuse salle de douches a été présentée, je ne sais combien de fois, comme une

chambre à gaz homicide avec le toxique gazeux «tombant» des pommeaux et malgré

des fenêtres que les victimes auraient fait voler en éclats. Avoir retrouvé

l'aménagement du crématoire dressé par la justice en 1945 permit de découvrir un

montage beaucoup plus grave, élaboré peu avant que le camp soit ouvert au public. Le

dépôt d'urnes se situait à côte de la salle d'autopsie et la pièce où logeaient les détenus

s'occupant du four près de l'entrée. La pièce des détenus comporte un lavabo au

contraire du dépôt d'urnes, où personne ne vit. Les fonctions des pièces furent

délibérément inversées. Les urnes furent transférées dans la pièce des détenus, avec

un lavabo ne servant plus à rien. Dans le dépôt d'urnes ainsi libéré furent placés des

châlits et sa porte, de facture normale, fut équipée de gros verrous afin de faire croire

que c'était une prison d'où les médecins SS - naturellement fous - venaient chercher

des cobayes pour assouvir leur manie de vivisections. Ce montage apparaît, lorsqu'on

le sait, tellement grossier qu'on est stupéfait de la bêtise et de l'aveuglement humains.

Initialement, le révisionnisme voulait dénoncer de telles tromperies, présentées pour

avaliser les pires excès de la mémoire concentrationnaire. Une personne comme

Faurisson est née de ces outrances. ( a suivre)

 

Le poids des ZIMAGES

Soutien aux victimes

Recherche

Acclamons nos heros!

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés