Marc Edouard Nabe bouge encore.

Publié le par FAKIOU


Extrait de "Sauver Sine":

"C’était pourtant un bel été : un de mes pères spirituels était traîné dans la

boue. Il s’était fait gauler pour antisémitisme. Encore ! On le traitait d’ordure !

J’étais fier. À 80 ans, il allait finir en beauté, sali, honni, méprisé. «Antisémite »,

je crois que c’est le mot que je préfère dans la langue française. J’ai suivi toute l’affaire

et puis, le 23 juillet, j’ai eu une idée... J’ai appelé Siné pour lui faire part de

ma vision : pourquoi ne pas répondre au connard qui l’a viré de

Charlie Hebdo

par un autre journal, un numéro spécial de

Siné Massacre, où Bob montrerait

qu’il y en a marre de ce chantage à l’antisémitisme ? Il n’était pas chaud et trouva

la chose irréalisable, il préférait se cantonner au Net. Je le stimulai et raccrochai.

Au matin du 27 août, Bob me rappela pour me dire, un peu gêné, qu’il allait

sortir le 10 septembre un journal... Je le félicitai et lui demandai ce qui allait y

avoir dedans. Mon idole absolue en provoc, ce pur génie du dessin et de l’anarchie,

ce grandiose fouteur de merde à pisser de rire dès qu’il ouvre la bouche ou

trace un trait, ce géant historique aux énormes couilles me sortit une pauvre liste

de tout un tas de minables de l’humour et du journalisme tous plus bien-pensants

les uns que les autres...

Au ton de sa voix, j’avais déjà compris mais j’attendais que Bob, en se raclant

la gorge, finisse par cracher le morceau: « Pour l’instant, les mecs comme toi

on préfère éviter. » Les mecs comme moi ? Mais il n’y a qu’un mec comme moi !

Et puis même, qu’est-ce qu’ils ont les mecs comme moi ?

Cette peur que je grille tout un journal à cause de ma « réputation », et exprimée

par un octogénaire notoirement ennemi d’Israël m’a fait de la peine. « Les

mecs comme toi, on préfère éviter... » Je croyais être pour Siné autre chose qu’un

mec comme moi... Pourtant, c’était inutile de paniquer.Vu l’ours, je ne risquais

pas d’écrire dans

Siné Hebdo ! Entre Didier Porte (chroniqueur chez Stéphane

Bern !) et Christophe Alevêque (chroniqueur chez Laurent Ruquier !), merci

bien... Et puis au point où j’en suis dans mon destin, je me fous d’écrire dans

un journal : je préfère aller droit dans le mur, je veux dire sur le mur.

Ça va, j’ai compris : il y a les bons accusés d’antisémitisme et les mauvais

accusés. Le clan des antisémites sympas, bien de gauche, soixante-huitards tellement

toujours libertaires et celui des antisémites méchants, de droite, fascistes,

avec de grandes dents pointues, assoiffés de nazisme... Et puis il y a l’antisémite

errant, solitaire, ni de droite ni de gauche, exclu de partout, frissonnant de toutes

ses petites plumes noires, avec sa coquille d’oeuf sur la tronche ! C’est moi, le

Caliméro de l’antisémitisme..."
(...)
"

Il y en a marre de réfuter cette accusation d’antisémitisme, il faut l’accepter

comme Jean Genet, le maître de Siné, le préconisait : répondre

oui à tout ce

dont on vous accuse même si c’est faux. Intéressante, l’amitié Genet /Siné... Lui

aussi, j’en suis sûr, aurait fait partie de ces « mecs » qu’on préfère éviter à

Siné

Hebdo

 

YL /TM 2008

© Marc-Édouard Nabe, 20 Septembre 2008. http: //marc.edouard.nabe.free.fr

Commenter cet article